Aller au contenu
Etat : Terminée
  • Bâti
  • Environnement

Solution d’amélioration de la qualité de l’air intérieur, via une technologie de filtration par adsorption du CO2, des COVs et du formaldéhyde, dérivée d'un principe industriel éprouvé d'AirLiquide

En bref

  • Porteur de projet : i-Lab, le laboratoire d'innovation d'Air Liquide
  • Problématique traitée : Qualité de l'Air
  • Territoire d'expérimentation : Immeuble tertiaire
  • Durée de l'expérimentation : 6 mois
  • Lauréat de l'appel à expérimentations Qualité de l'Air

Carte d'identité du projet

La solution :

UMPAI est une solution pilote traitant de manière globale l’air ventilé au sein d’un bâtiment afin de réduire la concentration en CO2 et en polluants de l’atmosphère intérieure. Elle permet également de minimiser l’apport d’air neuf en le remplaçant par de l’air recyclé, diminuant ainsi la consommation d'énergie du bâtiment.

Cette solution de filtration de l’air s’inspire d’une technologie de traitement de l’air qu’Air Liquide maîtrise depuis longtemps : l’adsorption. Ce procédé permet, via un matériau solide, de capturer les molécules de gaz (composés organiques volatiles, formaldéhyde…). Cette technologie est utilisée par Air Liquide pour produire de l’oxygène notamment, mais également pour la ventilation des milieux confinés tels que les sous-marins. Dans le cadre du projet, il s’agit d’un système modulaire de purification de l’air par adsorption imaginé spécifiquement pour les immeubles tertiaires. La technique d’adsorption présente un intérêt supplémentaire : elle permet de capter les molécules polluantes sans les transformer. A la différence d’autres technologies, aucun sous-produit potentiellement dangereux pour la santé n’est émis. L’autre avantage de ce type de filtration est son aspect régénérable : les adsorbants s’auto-nettoient sur place et à moindre coût pour assurer une efficacité de filtration maximale pendant une année complète.

Ce que l'on teste :

Test du prototype en conditions réelle (efficacité, faisabilité) et du business model.

Résultats :

Un projet qui a pris du retard pour deux raisons:

  • une phase de contractualisation complexe avec Icade, en raison notamment d’enjeux de coordination forts entre les différentes directions concernées (directions innovation et opérationnelles) et d’un processus d’achat difficilement adaptable à un contexte d’expérimentation;
  • la rétractation du fournisseur de filtre pressenti au départ.

L’expérimentation a néanmoins permis à AirLiquide de découvrir l’écosystème de l’immobilier et du bâtiment (multiplicité des parties prenantes à impliquer et convaincre, démarches administratives) et d’objectiver un fort intérêt pour la solution.

Et après?

  • Il reste à AirLiquide à concrétiser un partenariat avec un nouveau fournisseur de filtre, puis à installer et réaliser l’expérimentation avec Icade.
  • AirLiquide réfléchit également au développement de versions plus compactes de l’UMPAI pour s’adapter notamment aux contraintes d’espaces de certains bâtiments et à la concurrence d’usages pour ceux-ci (ex: toiture végétalisée).

Pour en savoir plus :

Contact : Renaud THIARD : renaud.thiard@airliquide.com et Romain GARDENAT : romain.gardenat@airliquide.com

Le site internet du i-Lab Air Liquide : https://ilab.airliquide.com/

L'interview des porteurs de projet : http://urbanlab.parisandco.paris/Actualites/A-la-une/Les-laureats-Qualite-de-l-Air-en-video-Episode-8-iLab-by-Air-Liquide